Bio & Social

Pour les entreprises du groupe Oikopolis, en matière de durabilité, ‘‘écologie et coopération’’ ne forment qu’un tout. Cet idéal est représenté par la formule « Bio & Social » - mieux encore que par « Bio et Équitable »

L’activité du groupe Oikopolis a pour objectif prioritaire de transformer et de commercialiser les produits bios et biodynamiques fournis par les membres des coopératives. Indirectement, l’objectif comprend aussi d’agrandissement des espaces consacrés à la culture biologique. De cette façon le groupe agit selon les principes d’une l’agriculture biologique régissant la production d’aliments sains et écologiques.
Ce faisant, le groupe Oikopolis a toujours agi selon les principes de la durabilité – sans même se servir de ce vocabulaire. Et pourtant les entreprises créées au fil du temps au sein du groupe, se sont laissées guider par les valeurs de BIOG : « Qualité et Solidarité ». En 2000 la CharteBIOG a consacré la philosophie de la marque en se servant de ces valeurs directrices. En bref, nous exigeons de nos activités qu’elles soient « équitables et coopératives envers les fermiers bio ».

Les bases de l’agriculture biologique ou biodynamique et de l’économie coopérative réunissent donc des aspects à la fois écolo-sociaux et économiques et s’identifient ainsi au modèle connu des ‘‘trois piliers de la durabilité’’. Et pourtant, cela ne nous suffit pas.

Une chose est essentielle, quand on parle de durabilité: l’homme, qui joue un rôle primordial quand il s’agit de préserver la nature, doit être considéré dans son intégralité ! Il faut avant tout savoir mobiliser son potentiel créatif, ses talents à forger des idées nouvelles. Pour une conception de la durabilité d’ensemble, ceci est vital. Ce qui veut dire que la prise de conscience des hommes est aussi importante que les relations sociales ou les efforts purement économiques.
Un modèle de durabilité pour OIKOPOLIS devrait donc avoir l’allure suivante:

Formation – Responsabilité – Coopération … et Écologie

Ce graphique nous montre que la base écologique que nous offre la nature, porte le tout. Tous les aspects de la société sont interdépendants : ils agissent tous sur la nature, mais sont eux-mêmes influencés par les effets écologiques.

Les trois composantes principales de la société (le monde des idées, le social, l’économie) ont porté différents noms au cours de l’histoire. La révolution française les appelait liberté, égalité et fraternité, alors que Rudolph Steiner, dans les années 1920, les désignait par le monde de l’esprit, de la loi et de l’économie. Au sein d’ OIKOPOLIS, on parle de « Formation », de « Responsabilité » et de « Coopération », selon les valeurs centrales correspondantes. Tous trois reposent sur une base écologique.

Au centre du système présenté plus haut nous trouvons l’homme, qui est le lien entre la nature et la société. Sa manière volontaire de façonner les données aboutit à une culture durable établie sur un fond naturel. Les premiers modèles de cette façon de procéder ont été élaborés par l’initiative SEKEM en Égypte, puis repris par une poignée d’entreprises commerciales bio, liées à SEKEM. Le groupe OIKOPOLIS s’associe à la pensée émanant de cette tradition.